Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
« l'ange »
✓ ICI DEPUIS LE : 31/12/2016
✓ CÉLÉBRITÉ : Cara lpb
✓ MESSAGES : 345


MessageSujet: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Mar 1 Mai - 22:22

quand tu t'es reveillée ce matin, tu as cru que tu avais fait un cauchemar, réaliste, mais un cauchemar. alors quand tu as vu ton reflet dans le miroir, tu as commencé à te poser des questions. tes yeux sont rouges et bouffis, ton maquillage a coulé. puis quand ton téléphone sonne, la petite sonnerie des messages de Simon, tu as une petite boule au ventre qui se forme. tu t'empresses de choper ton précieux portable, et tu déverrouilles fébrilement pour découvrir un message des plus secs. "rdv à 10h au salon." rien de plus, rien de moins. pas la moindre trace d'un smiley, d'un surnom, d'une petite distinction. sauf ce petit point à la fin, un vulgaire point. tu ne réponds pas, tu regardes l'heure. il est seulement 9 heures. tu poses ton téléphone et tu cours aux toilettes. tu vomis une nouvelle fois. tu te poses à côté des toilettes. tu fermes tes yeux gonflés.
il est là, face à toi. les yeux rougis. pleurs ou joint? tu n'en as aucune idée. bizarrement tu trouverais ça bizarre qu'il pleure, alors tu penses instinctivement à un joint. puis il commence à te parler, et en vue de son haleine, tu te rends compte que tu avais raison. il te demande de l'écouter, une dernière fois. une dernière fois. il te demande en suite de repenser à toute votre histoire puis, il s'en va. alors comme une gentille fille, tu lui obéis. tu repenses à tout. votre rencontre, les débuts de votre relation, cette merveilleuse idylle. les larmes reprennent. vous aviez toujours été fusionnels, très proche, très tactile. comme si ne pas sentir la peau de l'autre c'était comme ne pas respirer de façon autonome. puis tout s'est brisé avec cette tromperie, il est revenu, tu lui as pardonné, et te voilà à faire de la merde inconsciemment alors que tout repartait de plus belle. tu avais fait des efforts surhumains pour lui pardonner. et tu as tout gâché.
9 heures 56. tu rêvasses sur la cuvette des toilettes. tu as toujours ta robe d'hier, ton maquillage et ta douleur. lorsque tu vois l'heure, tu sursaute. il faut que tu y ailles. alors tu te déshabilles et tu filles sur la douche. malgré la météo encore quelque peu capricieuse, tu préfères prendre une douche bien froide. il faut se remettre les idées en place. en sortant, tu te démaquilles, tu enfiles un jogging et un pull, tu places tes lunettes sur ton nez, tu regroupes tes cheveux en un chignon très fouillis et tu pars, à reculons, au point de rendez-vous avec la mort de votre couple.




flm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Delafesse et ses taories
✓ ICI DEPUIS LE : 06/08/2014
✓ CÉLÉBRITÉ : Luca Hollestelle
✓ MESSAGES : 584


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Mar 1 Mai - 23:40

La nuit fut très rude. Tu n’as d’ailleurs pas vraiment dormis. Toujours en train de penser Lexis. « putain ! » Foutu surnom que tu lui a donné, tu n’arrives pas à l’appeler Alexis sans t’y forcer. Avant, quand tu la nommais par son prénom complet souvent arrivait une mauvaise nouvelle. Maintenant, tu t’obliges à constamment l’appeler comme ça. Elle doit croire que c’est facile de l’oublier. D’oublier si vite ce joli surnom qui est si doux à entendre. Tu regardes machinalement l’horloge, la seule chose qui te regarde dormir depuis que tu es au haras. Il est 7 h. Tu décides de programmer un message pour lui donner rendez-vous à 10h au salon, tu n’es pas très enthousiaste. Un grognement et tu te redresse dans ton lit pour passer le temps en surfant sur les réseaux sociaux. Rien de bien intéressant. En fait, rien n’est plus intéressant que votre couple. Celui que tu as fichu en l’air avec tes conneries à l’hôtel, celui que tu as encore une fois fichu en l’air au lui de passer outre cet accident d’alcool. Tu as juste envie de te détruire la tête, de juste arrêter de penser à elle. Arrêter de penser au cadavre qui jonchait sur le sol la veille, le cadavre que tu as créé. Tu lui as paru si calme qu’elle s’est énervée. Elle a surement cru que tu te foutais totalement de notre relation. Tu t’agrippe la tête « Arreeeette çaaa » Tout était de ta faute finalement.
Si tu aurais agis différemment vous ne seriez pas là à vous battre pour ce couple. Toutes les images te reviennent en tête. Beaucoup trop d’images pour ton cerveau. Ta tête tourne, elle te fait souffrir. Tes dolipranes sont rangés dans la salle de bain. Tu frôle les murs, tu ne vois plus que Lexis sur cette terrasse de café. Tu arrives comme si de rien était alors que tu venais de quitter un de tes plans cul. Elle est si belle et ne se doute pas des problèmes qui arrivent derrière toi. Plus tu avances vers la salle de bain plus tu te rapproches de ta blonde, mais elle ne semble pas habituelle. Quelque chose dans son regard a changé. Elle se doute surement de quelque chose, tu entends un simple ‘tout est de ta faute’. Tu trébuche et te rattrape au lavabo, découvrant ton reflet dans le miroir qui te fait face.

Lexis avait disparu de ton esprit, elle avait laissé place à ton reflet. Tu ne peux t’empêcher d’hurler et de détruire cet homme qui te fixe, cet homme dont tu as honte. Une main sanglante se retire du miroir, quelques bouts de verres coincés dans ta peau tu ouvres le robinet et passe cette main sous l’eau. Cette main qui vient de te frapper avec une violence que tu ne soupçonner pas l’existence. A vrai dire c’est normal c’est une personne qui ne cesse de faire du mal à celle que tu aimes. Tu as simplement voulu la défendre, sauf que cette personne c’est toi. Tu essayes de retirer le plus de bout de verre que tu trouves, mais avec les yeux aussi défoncés que les tiens il en restera surement. Tu réussis à ouvrir ton placard, tu prends donc les fameux dolipranes et une bande au passage. Tu l’enroule autour de ta main et espère qu’elle ne verra rien. Et puis de toute façon, après cette nuit elle ne voudra plus de toi c’est certain. Tu lui as clairement dit de repenser à tout ce que nous avions fait ensemble, à toutes les merdes que nous avons subi. Ou plutôt celle que tu lui as fait subir. Tu avale ton doliprane et vois ton petit paquet de drogue sur la table. Un petit regard à l’horloge 7h30, tu dois encore tenir jusqu’à 10h. Tu soupire et t’assois sur la chaise.

Tête dans les bras croisés sur la table, tu comptes attendre sans rien faire. Tu n’as pas envie d’arriver au rendez-vous en étant dans un état second, mais il est là. Tu sais qu’il te regarde. Tu l’entends te demander de le consommer. Il cri ton nom, mais tu ne veux pas de lui. « Noon » Tu te relèves et claque la boite en métal contre le mur. « Arrête tu comprends ! Arrête ! » Tu hurle contre cette boite qui contient toute sorte de drogue. Drogue dont Alexis n’a jamais entendu parler. Elle pense simplement que tu fume quelques petits roulés de temps à autres, mais c’est de pire en pire. Tu en consomme toujours plus depuis votre première rupture. « Simmmooon allez, tout ça va te calmer ! » des larmes commence à couler sur tes joues. Tu t’effondre dur le sol tapant le parquet de tes poings « Arrête ! » mais la boite t’appelais toujours. « Tu es bien trop faible pour nous résister » cette petite voix satanique te trotte dans la tête comme si elle était réelle. Elle continu toujours aussi présente « Lâche toi, de toute façon tu as tout gâché elle ne reviendra jamais. » voilà qu’elle ta eu. Tu te jettes sur cette boite et disperse la poudre sur le sol. Tes mains trembles et ta tête te fait mal. Tu ne pouvais pas plus résister que ça. C’était déjà trop. Tu n’as plus rien à accrocher maintenant que tu as brisé Lexis.

Tu fini par tomber sur le sol, riant aux éclats. Tu aimerais dormir, mais c’est trop tard. Alors tu te mets à pleurer « Tes qu’une sous merde Simon » tu n’as pas su lui résister. Alors tu te jettes sur ton téléphone pour annuler le message que tu avais programmé, mais c’est déjà trop tard… Il ne te reste qu’une heure pour assumer tes conneries. Tu essayes de remettre le reste de poudre dans le sachet sans qu’elle n’atterrisse sous ton nez. La boite fermée, tu l’enferme dans ton armoire en la cachant sous des tonnes de vêtements. Tu respires profondément pour essayer de te calmer, mais tes mains recommence à trembler. Tu essayes de t’éloigner de cette boite, tu chope un joint en passant. Tu te dis qu’un joint te calmera. Tu prends un pantalon noir et une chemise. Tu te déshabille et te mets sous la douche en faisant attention à ne pas mouiller ton joint. Finalement, tu n’arrives pas à fermer ta chemise. Ton corps est incontrôlable et tu cours dans ta chambre pour prendre un pull qui sera plus facile à enfiler. L’horloge t’annonce que tu es en retard. Tu n’oses pas te regarder dans le miroir pour voir à quoi tu ressembles.
Tu descends les escaliers en courant et en tenant la rambarde car tes jambes ne répondent plus à tes ordres exacts.

La jeune femme blonde est déjà là. Tu restes stoïque quand tu la vois. Tu repense à cette terrasse de café où elle n’apparaissait plus comme avant. La peur réussis quand même à monter dans ta tête alors même que tu n’arrives pas à la contrôler. « Je suis désolé pour le retard » La main dans ta poche, tu n’as pas envie de lui faire peur. Tu fuis son regard, tu as peur qu’il ne soit aussi noir que dans ta tête. Tu restes bloqué à l’entrée du salon et tu aimerais que la distance qu’il y a avec cette femme reste tel qu’elle est maintenant. Tu n'as pas envie d'entendre ce qu'elle va te dire. Tu aurais mieux fait de ne jamais venir.




∆ La liberté est souvent considérée comme acquise, mais seul ceux qui en ont été privés savent ce qu'elle vaut. ∆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« l'ange »
✓ ICI DEPUIS LE : 31/12/2016
✓ CÉLÉBRITÉ : Cara lpb
✓ MESSAGES : 345


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Mer 2 Mai - 0:19

à chaque fois que tu fermes les yeux, tu vois ton bourreau face à toi, l'index pointé sur ton visage, criant que tout est de ta faute, que si tu avais été plus présente pour lui, il ne t'aurait jamais trompé, que si tu n'avais pas fuit, tout se serait recollé, que si tu ne l'avais pas trompé à ton tour, tu ne serais pas là, à attendre celui que tu penses être l'homme de ta vie pour parler de votre rupture. tout a déraillé dans ta vie. tu ne prends plus aucun plaisir à exercer ton métier, celui pour lequel tu t'es battue afin d'avoir ton diplôme. non, tu arrives en retard. tu t'es déjà prit deux avertissements cette semaine. c'est comme-ci tu avais senti que quelque chose allait se passer. tu penses déjà à la lettre de démission que tu adresseras au bureau de la direction dès demain, à la déception de tes parents. mais qui n'as-tu jamais déçu? alors c'est en trainant les pieds que tu prends place sur une chaise, dos à la porte et face à la fenêtre. dehors le temps est maussade, comme dans les films, lors des scènes tristes, le temps l'est aussi. en voilà un de cliché.
cette boule au ventre s'agrandissant chaque minute sans sentir sa présence, ne quitte plus ton estomac, bien au contraire, elle devient de plus en plus amère, de plus en plus présente. comme la douleur qui nait en toi.
chaque instant qui passe, tu es à l'affût du moindre bruit, le moindre murmurre, pas, grincement. les minutes filent, mais toi, tu restes stoïque, à attendre ton bourreau, celui qui t'achevera.
la ponctualité n'a jamais été un problème, sauf au moment où il ne le faut pas. puis tu entends enfin des pas, un peu précipités et brouillon. tu ne te retournes pas. tu sais que c'est lui, son odeur est reconnaissable entre mille. puis sa voix. quelque chose cloche chez cette dernière, mais tu préfère ne rien relevé. tu ne lui réponds pas, tu as peur de craquer à ce moment. alors sans même te retourner vers lui, tu lui fais un signe de la main pour qu'il vienne s'asseoir face à toi.
"tu voulais me parler ?" ta voix n'est pas stable, tu le scrutes, tu imprimes son visage, mais quelque chose cloche vraiment. des yeux rouges, une odeur provençale. simon a fumé juste avant de venir. "tu ne penses pas que tu fumes beaucoup trop? pourquoi tu fais ça? tu sais très bien les effets de cette merde sur ta santé bordel!" tu ne sais plus si cette réaction est convenable, mais tu n'as plus vraiment le contrôle de toi même. "maintenant qu'on est là, qu'as-tu à me dire?" ta voix flanche beaucoup trop alors qu'il n'a toujours pas ouvert la bouche. "hier tu m'as demandé de repenser à nous, nous depuis le début. je l'ai fais, j'ai beaucoup réfléchis, j'ai beaucoup pleuré aussi." un rire nerveux s'échappe de ta gorge, tu te reprends. "je ne vois pas où tu as voulu en venir en me demandant de repenser à tout ?" tes tocs d'appréhension reviennent. tu joues avec une de tes mèches de cheveux qui tombes de ton chignon négligé. tu détestes ne pas avoir le contrôle sur tes émotions.




flm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Delafesse et ses taories
✓ ICI DEPUIS LE : 06/08/2014
✓ CÉLÉBRITÉ : Luca Hollestelle
✓ MESSAGES : 584


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Mer 2 Mai - 16:02

Tu bénis le ciel, ce pull a une poche centrale dans laquelle glisse tes mains. L’impression d’être mal poli quand elle te demande de t’assoir alors que tu t’adosse contre la fenêtre face à elle pour être stable. Hors de question d’être à la même hauteur qu’elle pour n’avoir qu’a la regarder dans les yeux. C’est comme si elle te tendait un piège.

Les premiers mots de la blonde ne sont pas ceux à quoi tu t’attendais. Ta peur diminue, mais pourtant tes mains tremblent toujours. Tu ne t’es pas préparé à lui parler, trop occupé à te laisser distraire par cette foutu poudre magique qui te fais du bien. Elle t’évite de penser à tout ce que tu as fait, à tout ce que tu subi. Tu ne trouves pas ça anormal de souffrir autant, c’est toi qui mérite tout ça, mais la pire chose qui t’arrive c’est de faire du mal à celle qui a partagé ta vie pendant de nombreuses années.

A peine le temps de réfléchir à ce que tu allais bien pouvoir lui dire. Qu’elle se met à te parler de ce que tu fume. Tu fuis son regard et pourtant elle arrive quand même à le savoir. Si elle savait ce que tu faisais vraiment… Elle aurait vraiment honte de toi. Enfin tu n’espères pas qu’elle sache un jour. Voilà encore un secret que tu lui cache. Quel homme. « Si je meurs tu hériteras de ma jument. T’es contente ? Alors laisse-moi me détruire la santé si je le veux. » Un ton sec, limite agressif. T’es muscles du cou se contracte et te font mal, c’est souvent ce qu’il t’arrive quand tu viens de te servir. Cette fois ci tu te concentre pour ne pas y penser, tu fixes le sol jouant avec tes pieds.

La jeune blonde ne perd pas de temps et de demande pourquoi tu lui as faire repenser à toute cette histoire. Ça tu l’avais préparé avant de ‘’dormir’’ la veille. « Je voulais que tu te rendes compte que c’est moi le fautif, que je suis celui qui a tout foutu en l’air » tu ne tiens pas en place, une certaine envie de vite écourter la dispute pour pouvoir retrouver ta chambre et reconsommer. « Oh et puis merde, je ne veux plus de ce couple. Je ne veux plus te voir souffrir à cause de moi. Les morceaux sont incollables. Est-ce que tu veux vraiment qu’on se remette ensemble pour que dans 2 mois une nouvelle tornade achève notre couple ? » tu marches pour finalement t’appuyer sur le siège qui t’étais destiné. Tu rigole et continu « Tu m’avais caché cette partie sado-maso de toi ! » Tu affiche un sourire. Ton cœur bat de plus en plus vite, ton bras gauche te lance alors tu viens toucher la douleur avec ta main encore ensanglantée. Tu t’effondre sur le sol à genoux et pose ta tête sur le sol. Quelques injures sortent de ta bouche. Tu finis par te rendre compte que Lexis est encore là. « Ne t’approche pas » Tu as peur qu'il lui arrive la même chose qu'à ce miroir. Alors, tu t’efforce à te relever et marcher vers les escaliers pour monter dans ta chambre coûte que coûte.




∆ La liberté est souvent considérée comme acquise, mais seul ceux qui en ont été privés savent ce qu'elle vaut. ∆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« l'ange »
✓ ICI DEPUIS LE : 31/12/2016
✓ CÉLÉBRITÉ : Cara lpb
✓ MESSAGES : 345


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Mer 2 Mai - 18:25

plus le temps passe lors de ce tête à tête, plus tu te rends compte que quelque chose cloche. où est simon? qui est cet imposteur? qu'a-t-il fait à ton très cher simon? ce dernier ne daigne pas se poser sur la chaise. est-il pressé d'en finir? de repartir? quelqu'un de sexe féminin l'attend? de nombreuses questions se chamboulent dans ta petite tête. ça devient un vrai calvaire de réfléchir de façon censé. alors tu ne fais que le regarder, le fixer, ancrer son minois dans ton esprit.
puis ses mots te frappent. tu te lèves, tu vas à sa hauteur et tu lui mets une gifle monumentale. "tu es vraiment un petit con. un petit con égoïste." tu restes face à lui, la colère peignant ton visage. comment peut-il penser ça? son ton agressif t'as fait sortir de tes gonds, son air suffisant aussi, alors la gifle tu n'as pas pu la contrôler.
plus il parle, plus tu te rends compte que tout a changé. la colère bat dans tes veines. tu n'as plus une once de pitié, plus une once de remord. tu en as marre qu'il te rejette la faute dessus pour en suite la rejeter sur lui même. il est contradictoire. "c'est pourtant pas ce que tu avais l'air de dire en arrivant au haras." tu te rappelles de cet épisode, ce moment où il t'avait fait ce reproche caché, que tu avais mis un moment à comprendre. il t'avait dit que lors de ses tromperies, des signes pouvaient montrer qu'il n'était pas en forme. et que tu n'as donc rien vu, que c'était donc de ta faute. tu avais mis un certain temps à comprendre, ça t'avait beaucoup travaillé, mais tu avais fini par comprendre le sens caché de ce reproche.
puis il reprend, il reprend de manière plus sèche, plus douloureuse, plus colérique. je ne veux plus de ce couple. il n'a donc plus confiance en vous, vous qui étiez si solide, vous voilà plus faible qu'une banale feuille de papier dans l'eau. "parce que tu en as déjà voulu de ce couple peut-être? et sans mentir cette fois, parce que c'est bien mignon les mensonges mais moi ça me casse les couilles." tu restes impassible. "je suis heureuse d'apprendre que tu n'as plus la moindre estime pour ce couple." tu soupires discrètement. ça fait mal d'en finir de cette façon. puis simon tombe. tu as dû louper un épisode. les injures fusent et il reste au sol. "simon, ça va?" tu allais t'avancer vers lui, inquiète avant que ce dernier t'arrête brutalement. puis il part. tu imploses. "reviens ici, on a pas finit cette discussion. ne fuis pas, tu as passé l'âge de n'être qu'un gamin." tu ne sais pas qui gagne entre la douleur et la colère, mais les larmes coulent à flot et ta main te démange. "qu'est ce que tu as fait à ta main?" un moment de faiblesse, et te revoilà comme un toutou à lui demander pourquoi il ne va pas bien. quelle conne.




flm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Delafesse et ses taories
✓ ICI DEPUIS LE : 06/08/2014
✓ CÉLÉBRITÉ : Luca Hollestelle
✓ MESSAGES : 584


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Mer 2 Mai - 20:01

Ton date spécial ne se passe pas vraiment comme tu l’avais prévu la veille. C’est encore toi qui as tout foutu en l’air… Elle disait vrai. D’ailleurs tu ne rechigne pas quand elle te traite de petit con no même d’égoïste, après tout tu n’as pas d’argument contre ça. Tu te contentes donc d’un simple mouvement de tête pour acquiescer. Une gifle arrive brutalement, ta colère monte, ton cœur s’emballe. Tu respires et tente de te calmer, mais finalement les mots sortent de colère.
La blonde n’a pas l’air de comprendre que tu veux être le coupable de cette rupture. Elle n’a rien à voir avec ça. Alors tu te contentes simplement de dire « J’ai eu le temps de réfléchir ici. » lâche,  mais simple. De toute façon tu n’as pas envie de t’attarder ici. Tu as brisé les seuls espoirs qu’il restait pour remettre ton couple en ordre alors autant finir vite.
Vous remplissez la salle d’ondes négatives. L’énervement est présent dans vos deux corps et vous essayer de la faire sortir en vous balançant chacun votre tour des phrases blessante. Elle pense que ce couple n’a jamais été présent pour toi. Elle parle de mensonge, mais elle n’a pas été clean non plus. « Tu ose prétendre que je ne t'aime pas ? » cela t’énerve qu’elle ne comprenne pas ce que tu ressens. « Mais regarde nous ! Comment tu veux que ça marche ? J’en peux plus de vivre avec cette connerie derrière moi. Je ne peux rien te reprocher si moi-même je ne suis pas clean. » Tu ne sais pas à qui cette connerie à fait le plus de mal, mais cette dernière phrase te fait tomber au sol. Tu décides de partir, tu aimerais reprendre un rail pour te calmer, apaiser cette douleur. Elle te sort toutes sortes de mots tu n’en intègres que quelques-uns ‘’fuis’’ ‘’gamin’’ tu ne peux t’empêcher de répondre « C’est à moi que tu reproche de fuir ? T’à raison, j’ai plus l’âge de fuir. On a qu’à dire qu’on a simplement rompu comme tout autre couple banal ferait. » Tu finis ta phrase d’une voix grognon. Un regard sur ta main « merde…» tu soupire. Comment expliquer ça ? « Je me suis battu avec un gars, mais tout vas bien. » Tu as juste besoin de rester ici et tenter de te calmer. Alors tu t’assois en bas des escaliers, un regard vers le haut. C’est là-bas qu’est ta délivrance, mais ton coeur t'en empêche. Tu es fatigué et tes yeux totalement défoncés ne t'aide pas à voir ce qui se trame aux alentours. « Il faudrait juste que j’aille dans ma chambre chercher un doliprane, mais il faut que je me calme d'abord alors vasy, on peut finir la discussion. » Tu la regarde enfin dans les yeux « qu’est-ce que tu veux qu’on se dise ? » pas sûr que cette conversation va te calmer, mais tu ne peux pas faire autrement que de lui parler.




∆ La liberté est souvent considérée comme acquise, mais seul ceux qui en ont été privés savent ce qu'elle vaut. ∆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« l'ange »
✓ ICI DEPUIS LE : 31/12/2016
✓ CÉLÉBRITÉ : Cara lpb
✓ MESSAGES : 345


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Mer 2 Mai - 21:28

le ton monte, la tension aussi. rien ne se passe comme tu l'aurais espéré. en même temps avec un tel comportement, tu ne peux que t'énerver contre lui. un vrai petit con, du jamais vu, tu n'en reviens pas de ce comportement qui t'écœure. après la gifle, tu le sens se crisper, se contenir. il n'a pas intérêt à réagir, sinon ça ne ferait qu'empirer les choses qui sont déjà bien mauvaises. quelle dommage de tout foutre en l'air de cette façon. il n'y a en plus de ça, pas vraiment de facteur, sauf le fait que pour lui, tout est fini. toi, tu vis toujours dans ton monde merveilleux où tout se finit toujours bien, ta belle idylle.  "réfléchir sur quoi? tes conneries? je ne comprends pas pourquoi tu réfléchis plus que moi sur ces fameuses boulettes... moi je suis passée outre, toi non. le problème est là." c'est vrai, ton amour pour lui t'a permis de lui pardonner de biens belles erreurs. mais le voilà que lui n'arrive pas à passer au dessus de ses propres bêtises. que c'est nul.
les phrases fusent et vous frôlent comme des couteaux bien aiguisés. à chaque passage ils vous tranchent un peu plus, un peu plus profond. vous entrez dans ce jeu nocif du qui-blessera-le-plus-l'autre. vous avez un comportement minable de gamin. "j'ose prétendre que tu ne m'aimes plus comme moi je t'aime." la voilà, la blessure la plus profonde. "moi je ne vois qu'un couple qui ne marche plus parce que tu n'arrives à te pardonner pour tes erreurs, alors tu veux à tout prix passer à autre chose pour laver tes péchés." plus vous avancez, plus tu vois une fin, mais pas une belle fin, une fin affreuse, une fin qui vous mènera à une rupture des plus violente, et tu ne veux pas ça, mais la colère bouillonne en toi, tu n'arrives plus à tempérer. "ça y est, on en revient à un point qui pose problème. mon éloignement. je croyais que tu n'avais rien à me reprocher?" un sourire mesquin, tu vois le monstre que tu deviens. tu ne relèves pas la fin de sa phrase, vous n'êtes pas vraiment un couple banal. sa main a l'air de lui faire terriblement mal, tu t'approche alors de façon méfiante. "je peux voir? m'assurer qu'il n'y a rien de grave?" bipolarité quand tu nous tiens. tu attends malgré tout son accord, tu n'aimerais pas te prendre une baffe à ton tour. il se pose sur les escaliers. tu l'écoutes toujours en partant vers un placard, tu en sors une boîte de doliprane. "tiens, comme ça, plus d'excuses." tu sors un doliprane et tu lui tends le verre d'eau que tu t'étais servie. "de la pluie et du beau temps bien sûr." tu sors amèrement. "c'est toi qui voulait parler, j'ai cru comprendre que c'était pas pour proposer une sortie en ville, alors dis moi, qu'est ce que tu veux que je te dise? que je n'arrive pas à me faire à l'idée que tu veux tout arrêter? alors oui, je n'arrive pas à m'imaginer que tout ça puisse s'arrêter si brusquement, en me disant que tu n'as comme raison que le fait que tu n'arrives plus à vivre avec tes conneries. il y a quelqu'un d'autre?" ta curiosité te perdra.




flm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Delafesse et ses taories
✓ ICI DEPUIS LE : 06/08/2014
✓ CÉLÉBRITÉ : Luca Hollestelle
✓ MESSAGES : 584


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Mer 2 Mai - 22:06

Tu laisses parler la blonde qui s’excite vachement pour répondre. Tu ne réponds qu’un simple « ce n’est pas parce que je ne t’aime plus que je fais tout ça. » Toujours sur un ton franc. Tu n’as jamais été aussi énervé avec Alexis que maintenant, c’est triste. Et voilà qu’elle me dit sa vision de ‘la chose’ « Tu as raison, je vais partir dans un monastère. Tous mes problèmes seront résolus. » Tu rigole d’un rire sarcastique avant de te poser sur les marches. Elle n’a pas l’air d’avoir bien pris ma petite pique sur son éloignement. Sérieusement je ne lui en veux pas, je voulais juste l’énerver encore plus. Tu lui souris à ton tours sans rien rajouter. La demoiselle prend ensuite soin de toi, tu roules les yeux. Ce n’est pas vraiment ça que tu attendais. Alors tu avale quand même ce fabuleux cachet qui te sortira bien évidement de la situation. Voilà que tes mots suscitent une grande inspiration pour la jeune Alexis qui déballe un flot de parole conséquent. « Tu vois que tu as réussis à trouver un sujet de conversation » Grand sourire aux lèvres tu enchaîne rapidement « Tout d’abord, c’est vrai que c’est moi qui t’ai demandé de venir. Je n’allais pas partir du haras sans te dire au revoir quand même. » De nouveau un petit sourire qui te connais bien, toi le fils à papa. « Je t’ai proposé plein de choses hier. Entre la relation amicale et le break donc ne me dis pas que JE veux tout arrêter » Ton ton deviens sérieux au fils de ton discours. « J’avais simplement besoin d’espace, de temps. Tu sais qu’. » Tu te stoppe là, tu ne continueras pas. Tu hésites à lui mentir sur sa dernière question. Tu sais que ça lui fera du mal, mais tu sais aussi qu’Alexis est une véritable sensu qui ne te lâche pas et pourtant, juste un peu d’air te ferai du bien. Tu te lèves et commence à monter les marches « Et puis pour finir, oui bien évidement. Comme chaque bon bâtard qui se respecte, il y a bien quelqu’un d’autre. Une petite blanche avec des formes légère et voluptueuse. Mmhh. » Tu souris à ta connerie qui risque encore une fois de te mener droit dans le mur. « D’ailleurs elle m’attend dans ma chambre. Si tu veux que je fasse les présentations c’est le moment ! Tu l’imagine blonde ou brune ? » Tu es agripper à la barre pour monter, ton corps ne répond toujours pas.




∆ La liberté est souvent considérée comme acquise, mais seul ceux qui en ont été privés savent ce qu'elle vaut. ∆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« l'ange »
✓ ICI DEPUIS LE : 31/12/2016
✓ CÉLÉBRITÉ : Cara lpb
✓ MESSAGES : 345


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Mer 2 Mai - 22:26

son ton suffisant te fait sortir de tes gonds, entre sa gueule d'ange et son sourire de tombeur, tu n'en peux plus. ta main te démange, tu n'arrives plus à écouter son petit discours d'homme parfait, celui qui fait tout pour ne pas blesser les autres, alors qu'il est en train de te réduire en miettes. "arrête de me prendre pour une conne, je vais t'encastrer dans un mur." tu n'as jamais été violente, mais trop c'est trop. son air je m'en foutiste est absolument aberrant. tu finis par demander si c'est donc ça le vrai simon. "tu cachais quand même plutôt bien ton jeu derrière ton image d'homme parfait, de fils à papa, tu es une vraie sous-merde. quelle déception de ne voir ça seulement au bout de cinq ans. tu as peut-être raison alors, je n'ai pas été assez attentive avec toi, désolée mon chou." tu te rends compte de la violence de tes mots. tu regrettes un peu, mais tu gardes la face. "tu m'as proposé tes putains de solutions alors que je n'étais même plus consciente de qui était qui? et tu viens te plaindre que je n'ai pas accepté. l'hôpital qui se fout de la charité."
et voilà, le drame, il est là. tu le savais que jouer la curieuse ça n'allait pas t'être bénéfique. mais voilà, tu aimes tout contrôler, tout savoir, tu aimes gérer. simon te plaque pour une autre. tu te contentes de mordre ta lèvre très fort et serrer les poings pour ne pas craquer face à lui. une seule idée te vient en tête: boire, tu veux boire pour oublier, oublier toutes les blessures qu'il vient de rouvrir, toutes les plaies que tu avais pris grand soin de cicatriser sont de nouveaux à vifs. il a prit soin de t'annoncer ça avec un très grand calme, une joie, et même du plaisir. le voilà qu'il vante son corps. tu le repoussais à ce point? des larmes naissent aux creux de tes yeux. tu prends une grande inspiration. "non simon, ne t'amuse pas avec ça. va la voir, laisse moi." tu as besoin qu'il parte, tu as besoin de boire, tu as besoin de te tourner la tête au point d'en oublier ton prénom, alors avant qu'il finisse de monter, tu te précipites dans la petite armoire du salon où se cache de belles merveilles, dont une bouteille de rhum entamée de très peu. tu ouvres le bouchon et porte la bouteille à ta bouche. le liquide te brûle la gorge, tu ressens comme une délivrance, mais c'est pas assez, tu revois toujours son visage dan ta tête, alors tu bois, toujours plus vite, toujours plus gros. tu veux seulement oublier.




flm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Delafesse et ses taories
✓ ICI DEPUIS LE : 06/08/2014
✓ CÉLÉBRITÉ : Luca Hollestelle
✓ MESSAGES : 584


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Mer 2 Mai - 22:44

La demoiselle se montre violente, tu n’avais jamais vu ça auparavant. Maintenant, elle vient te traiter de fils à papa, homme parfait pour conclure sur ‘sous merde’. Tu ne relèves pas malgré qu’elle vient de te dire que ces 5 années n’étaient que une sombre période et qu’elle ne s’en rend compte que maintenant. Elle se dit ne pas avoir été assez attentive, voilà pourquoi tu veux te séparer d’elle. Toujours à douter d’elle alors qu’elle est parfaite. Tu rigole à sa petite phrase « Et là, maintenant. Tu penses que je suis dans mon état normal ? Tu penses que j’ai caché cette partie de moi pendant tant de temps ? » Ça te fait doucement rire qu’elle ne remarque rien. Même pas le fait que tu n’es pas dans ton état normal. C’est sûr que quelque chose cloche dans ce ‘couple’
Tu tournes et retourne sur le palier. La petite boite t’appelle, mais les effets commencent à s’estomper. Tu sais donc que ça fait environ une heure que vous vous gueuler dessus dans ce lieu public. Un peu honteux et surtout assez triste de la tournure tu décides de descendre avant de voir Alexis boire comme un trou. Tu cours comme tu peux et donne un coup dans la bouteille. « Fais pas ça Alexis. Il n’y a jamais eu personne avec moi dans cette chambre. Je voulais simplement voir si tu écoutais naïvement ce que je disais. C’est triste, mais fait attention à ce qu’on te dit. Je n’aimerais pas que tu te fasse du mal pour rien. » C’est débile, mais là tu parles sincèrement.  




∆ La liberté est souvent considérée comme acquise, mais seul ceux qui en ont été privés savent ce qu'elle vaut. ∆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« l'ange »
✓ ICI DEPUIS LE : 31/12/2016
✓ CÉLÉBRITÉ : Cara lpb
✓ MESSAGES : 345


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Mer 2 Mai - 23:08

tu te rends compte de la violence de tes propos, et surtout que tu n'en penses pas le moindre mot. tu te rends compte que tu agis comme la pire des garces, et que surtout ça te plaît. elle est là ta vraie nature? tu n'es qu'une sombre personne? non. tu te rends compte que ça sera peut-être la dernière image que simon aura de toi. une femme sans pitié qui crache sur la relation pour laquelle elle se bat. tu es tellement contradictoire alors que c'est ce que tu reprochais au blond il n'y a pas de ça, cinq minutes. puis ses mots te font percuter. oui tu savais que quelque chose n'allait pas chez lui, quelque chose au fond de ses yeux, ses si beaux yeux, clairs et envoutants n'étaient plus qu'une pupille noire, entouré de vaisseaux explosés. il avait consommé quelque chose et tu ne t'en étais pas rendue compte, du moins, tu ne pensais qu'à un simple joint, mais non, c'était bien pire. tu ne peux que murmurer un pauvre "désolée" avant de le laisser partir.
la pauvre bouteille que tu avais commencé à vidé eut elle aussi une triste fin. sur le sol. tu ne comprends pas trop ce qui se passe, tu vas pour te baisser pour ramasser cette pauvre bouteille qui n'était pas encore vide, mais ta tête tourne un peu. tu t'accroches un peu au meuble à ta gauche et tu rigoles. une voix résonne, c'est toujours la sienne. tout te ramène à lui. "ne te sens pas obligé de me mentir simon, s'il y a quelqu'un, tant mieux pour toi, nous avons rompu à ce que tu m'as dis, je ne peux pas t'empêcher d'avoir de nouvelles relations, comme tu ne peux pas m'empêcher de me détruire la santé." tu fais exprès de reprendre ses mots, lorsque vous avez débuté cette conversation. "me faire du mal pour rien? ce n'est pas rien et je ne me fais aucun mal, je m'aide seulement en faisait un peu plus passer la pilule, mais merci de tes conseils simon." tu décides de t'assoir, la terre tourne vraiment trop ce matin.




flm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Delafesse et ses taories
✓ ICI DEPUIS LE : 06/08/2014
✓ CÉLÉBRITÉ : Luca Hollestelle
✓ MESSAGES : 584


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb Ven 4 Mai - 19:35

La blonde n’a pas l’air de comprendre que tu blaguais. Apparemment, ici personne ne comprend ton humour. « Je ne te mens pas. Te faire du mal c’est pas vraiment drôle. » Tu soupire « Si tu as envie de te détruire la santé vasy. » Un sourire « je comprends je fais la même chose de mon côté. » ça y est c’est avoué. Tu peux la laisser sans rien avoir a te reprocher. « Ca fait un moment que je prends de la coc’. Je voulais juste te le dire. On se cachait tous les deux quelque chose, toi ton tatouage et moi ma drogue. » tu recule quand elle s’assois. Tu aimerais l’aider, mais tu sais que tes sentiments et les siens ne partirons pas si tu le fait. Alors tu décides de partir. Partir et peut-être cette fois ci pour de bon. Tu as besoin d’espace, de voir de nouvelles choses. Tu y pense depuis un moment, mais cette fois-ci plus rien ne te retiens. « Je te souhaite de boire de l’eau pour éviter la gueule de bois ce soir, mais aussi d’être heureuse. » Tu te retournes et pars vers ta chambre « Au revoir Alexis » un pincement au cœur et tu vas retrouver ta petite boite magique dans ta chambre pour pouvoir en finir avec cette tristesse.




∆ La liberté est souvent considérée comme acquise, mais seul ceux qui en ont été privés savent ce qu'elle vaut. ∆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb

Revenir en haut Aller en bas

adieu boQ et abdos adorés. ft sisi lpb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haras de la Prairie :: Meadow Town :: Villa "Las Vegas" :: Salon commun-