Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

ricochets (severus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
« La cerise empoisonnée »
✓ ICI DEPUIS LE : 05/08/2014
✓ CÉLÉBRITÉ : Cole Sprouse
✓ MESSAGES : 382


MessageSujet: ricochets (severus) Ven 7 Juil - 22:42


   
ricochets

   
severus

   
   
▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲
   
Vendredi. T'es censé aller bosser ce soir. Oscar t'a laissé toute la matinée de libre. Tu reprends à 14h alors fais gaffe à pas trop te perdre dans tes pensées.
Il est six heures du mat', c'est plutôt matinal pour une journée sans heure le matin. Tu aurais pu dormir, faire la grasse mat', mais tu préfères te lever. Au tout début, tu ouvres doucement tes yeux, puis tu les refermes. Tu la vois, oui, elle. Tina. Son sourire, ses yeux gonflés et rougis par la drogue. Ton coeur se serre, tu rouvres les yeux. D'un bond, tu t'extirpes des draps, tu cours presque jusqu'à votre petite pièce commune, à Fani, Effie et toi. Six heures, tu le vois sur l'horloge. Un coup d'oeil rapide dans chacune de leurs chambres. Elles dorment encore. Tu décides donc de prendre un pantalon de survet' gris et un sweat à capuche noir, parce qu'aujourd'hui t'es pas bien. Baskets en plus à la main, tu files à la douche.

Sorti. Tu as pris un petit-déjeuner rapide, sur le pouce. Un bol de cérales, un verre de jus d'orange, ça te suffit. Tout de survêtement vêtu, tu te diriges vers le Lac. Il est six heures trente.
Tu cours, tu cours jeune tourmenté. Tu souffles, ta respiration et forte et tu ne peux t'empêcher de penser aux moments privilégiés que tu avais avec Tina. Si elle t'avait en fait trompé ? Combien étaient passés à ses côtés, à ta place dans le lit ? Rien que cet été où tu l'avais quittée pour aller au Pays de Galles, cet rentrée où elle était si distante. Elle ne t'aimait que pour la drogue en fait, non ? Oh, pauvre chou, ça te fait mal. Pleures, pleures, je vois les chaudes larmes que tu verses, qui roulent. Inutile de les effacer d'un revers de main rageur, la page n'est pas tournée. Continue de courir, réfléchis. Tourne mes paroles dans ta tête, je veux que ça te hante, que tu y réfléchisses une bonne fois pour toutes. Tu t'es menti, tu t'es caché la vérité. Quel menteur tu es. Dis donc, tu as du lui mentir en fait ? Mais, toi aussi tu l'as trompée ! Ce même été, en soirée ! Tu ne t'en souviens plus, oh non, tu as effacés ces souvenirs douteux. Ces lendemains de soirées où tu fuyait des lits d'inconnues, toi alors même pas majeur. C'est pas bien ce que tu as fait, Severus. Tu es un mauvais garçon, Severus. Méchant ! Tiens, tu n'en peux plus ? Déjà ? En plus de ça tu es nul ! Oh oui, elle a dû te le répéter déjà, Tina, que tu étais nul, hein. Elle en avait vu des meilleurs.
Au moins, tu as su aller jusqu'au lac. Plonges, vas-y, habillé, tu t'en fous. Noies-toi, vas-y, je ne te retiens pas. Nage, coule, suffoque. Non ? Tu préfères rester sur le bord, à balancer des cailloux dans l'eau ? C'est nul, ils font "plouf". "Moi je préfère les ricochets Severus. Tu sais faire des ricochets ?" Oh tiens, Tina. C'est elle qui t'as appris à faire des ricochets. Dans les seuls moments où elle était lucide, sobre ! Ne te voiles pas la face, elle était défoncée tout le temps sinon ! Cette fois-ci tu avais passé le week-end avec elle, c'était un lundi matin de vacances ! Tu l'avais gardée, enfermée presque, chez toi tout le week-end. Vous vous étiez amusés ? Tu penses qu'elle s'était amusée ? Devine quoi, le reste des vacances où elle ne t'a pas vu, elle a traîné aux bras d'inconnus bien louches, elle s'est droguée encore plus. Oh oui, elle a subit des choses atroces, par ta faute ! Tu n'étais pas là !

C'est bien la peine de jeter des cailloux. Fait des ricochets. Aller ! Oh oui, celui-là était joli. Très joli, soigné. "Eh mais en fait tu es doué ! Tu savais en faire ?! Oh aller, te moques pas de moi !" Ne lui mens pas. C'est pas bien, vilain petit canard. Bon, eh bien continue tes ricochets. Jette les pierres. Tu es assis à même le sol, au milieu des galets, des bêtes et de la terre bien sale. Tu vois toutes les merdes qui trainent, accrochées aux buissons. Tu as envie de les ramasser, de tout nettoyer, mais tu ne le fais pas. Tu as fait pareil avec le passé de ta chère et tendre. Tu savais que tu pouvais la sauver, mais tu ne l'as pas fait. Toi, toi, c'est toi le fautif ! " C'EST FAUX ! JE NE POUVAIS PAS LA SAUVER ! " "Severus... Pourquoi... tu ne m'as pas sauvé ? Pourquoi tu ne m'as pas dis ça quand j'étais en vie ?" Ouch... Pleures, pleures, tape, tape, tes mains sont rougies, elles commencent à saigner, mais tape, tape. Saigne, crie, pleures, tu la regrettes mais c'est bien par ta faute qu'elle est morte. Oh, regarde les gens, ils ne comprennent pas, ils te fuient. C'est ce qui t'es arrivé au lycée après non ? "Oh c'est lui qui est allé en désintox !" "Ah ouais c'est lui !" "Venez on l'évite les filles sa dernière copine parait qu'elle s'est suicidée." "Ouais, ça doit être sa faute." "Meurtrier." "Drogué." "Junkie." "Clochard, bon à rien." "Il pue en plus il est moche et il réussit rien" C'est exactement ça. Tu ne fous rien, tu ne réussiras rien. Qui dit qu'ici tu seras mieux que là-bas ? Là-bas au moins, il y avait tes parents ! Tu étais pompier, tu sauvais des vies, tu étais un homme formidable ! Ici, tu es réduis à quoi ? Barman ! Ahah, barman à moitié femme de ménage, tu nettoies les chiottes trois fois par semaine, autant des filles que des mecs ! Les gros dégueux qui vomissent partout, qui chient pas sur le bon trou, qui planquent des joints, de la drogue, les tessons de bouteille, le sang à certains endroits... Oui, ça te répugnes, mais c'est ton job. Oscar c'est un tortionnaire hein ? Oui, oui, s'en est un ! Autant que ce connard à qui tu as pété plusieurs os. Hein, lui ! Deux connards pareils non ! De même envergure !
Eh oui, mon pote, ses mains sont toutes écorchées et elles saignent. Comment tu vas faire pour servir plusieurs verres d'affilée comme ça ? Avec un bandage aux mains, que vont penser les gens de toi ? Bonne idée, les mettre dans l'eau pourrie du lac. Tu sais pas toutes les merdes qui traînent là-dedans ! "Haras de la Prairie, dans un cadre naturel non pollué, une ville à l'intérieur..." Eh oui, ça vend beaucoup trop de rêve pour être réel. Aller, résonne toi, c'est l'heure de repartir si tu veux te soigner, récupérer, jouer un peu malgré tes doigts meurtris et manger.

Tes compositions matinales ne parleront que d'amour, de séparation, de tristesse. Tu mangeras des pâtes. Tes mains seront recouvertes d'un bandage. En arrivant le soir au Lampadaire, on te demandera ce que t'as fait et tu diras que tu as fais du bricolage. Les gens vont te regarder bizarrement, ou les filles vont te dévorer du regard. Au choix. Samedi, tu vas nettoyer les chiottes. Encore. Quelle vie de merde.
   
   
(c)wanheda - ne pas reproduire




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ricochets (severus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haras de la Prairie :: Outdoor :: Nature :: Lac-